Traverser l'Espagne en Camping-car !
  • Alain Reynaud

Traverser l'Espagne en Camping-car !


Lorsque nous avons enfin quitté la France direction le sud de l'Espagne puis ensuite le Maroc nous avions plusieurs objectifs, aller voir le désert de Tabernas et ses décors de western, aller faire du kitesurf à Tarifa, descendre toute la côte Marocaine jusqu'à Dakhla en passant par Oualidia, Essaouira, Sidi Kaouki, Imsouane, puis remonter en passant par l'une des plus belles routes du monde, les Gorges du Dades, bref des rêves plein la tête.

Un programme de voyage de plus de 8500 km que nous allions faire à bord de notre camping-car Challenger 396 avec nos enfants Camille et Timothé, mais pour le moment notre premier objectif était d'atteindre le sud de l'Espagne en évitant de payer trop cher l'autoroute.

Il faut savoir lire les panneaux si on veut faire des économies substantielles, car il y a les "Autovia" qui sont gratuites et les "autopista" qui sont payantes, les deux se rejoignent parfois et hop on repasse sur la partie payante sans s'en rendre compte, il faut donc être très attentifs aux panneaux car on a vite fait de se mélanger les pinceaux, sans compter que parfois les Autovias rejoignent les villes et donc les embouteillages, ce qui peut vite rallonger le voyage.

Nous jonglons donc avec tout ça et nous essayons surtout d'abattre un max de km pour nous rapprocher du sud, à moins que ce ne soit pour s'éloigner au plus vite de la maison et entrer vraiment dans le voyage, 1075 km nous séparent de notre premier objectif.

Nous faisons une mini halte pour que les enfants se dégourdissent les jambes jouent un peu, on mange, on profite de la douceur du soir et on reprend la route dans la nuit avec toujours à l'esprit d'abattre des km, un max de km.

Acculé par la fatigue, je décide de faire un pause dans une station service, ce que nous ne faisons jamais pour des raisons de sécurité, en effet il est peu recommandé de dormir dans les stations, c'est là qu'ont lieux le plus grand nombre de braquages de camping-car. Toujours est-il que je ne me sens pas de faire encore 20 km pour aller chercher un endroit tranquille, par chance il y a dans cette station plusieurs camping-cars, nous venons donc nous mettre au milieu et fermons les écoutilles.

Objectif Tabernas

Tabernas, nous en avions entendu parlé par #Gregsway un youtubeur de talent passé par là quelques mois auparavant, mais aussi sur notre groupe Facebook Destination Camping-car par des abonnés.

L'endroit sonnait à nos oreilles comme une aventure hors du temps et nous n'avons pas été déçus, l'ambiance était au rendez-vous et le spectacle aussi.

Fort Bravo est un drôle d'endroit, tout d'abord nous pensions à une sorte de village abandonné, un ancien décor de cinéma où subsisterait un bar ou un restaurant s'accommodant du passage des touristes. En fait il n'en est rien, si les décors sont bien là, il y a tout un tas de gens qui travaillent ici, de vrais cowboys qui s'occupent des chevaux et déambules dans les rues, mais aussi de vrais acteurs et actrices qui toutes les 3 heures se mettent en scène pour recréer des moments de vies du quotidien de l'époque et je dois bien l'avouer, nous avons été bluffés, parce qu'on ne doit pas être si loin que ça de la réalité de l'époque. Tous jouent très bien leurs rôles, mais on est pas à Disneyland, ici pas question de faire dans la surenchère et tenter de vous vendre quelque chose toutes les 3 minutes. Une fois chaque spectacle terminé, chacun repart faire ses activités, on trouve même dommage qu'à 19h tout ferme et tout le monde reparte et rentre chez soi, parce que pour le coup on aurait volontiers mangé sur place un bon hamburger ou des Ribs en buvant une bonne bière fraîche, mais non, pas possible. En revanche ce que nous avons appréciés c'est que nous avons pu dormir sur place sans supplément, du coup nous avions le village pour nous tout seul, et ça c'était quand même un joli moment, on se serait vraiment cru dans un Western, il n'y avait plus un seul véhicule sur le parking et le Fort Bravo nous appartenait et notre camping-car semblait bien seul.


La nuit fut douce et le matin nous avons encore profité du décor mais aussi de la piscine du bar ce qui n'est pas du luxe par cette chaleur. On en profite pour faire quelques image du spectacle du matin et on s'en va visiter le désert alentours histoire de se roder avec les conditions un peu extrêmes et tester notre nouveau drone, celui qui nous accompagnera tout au long du voyage. Nous en profiterons d'ailleurs pour nous faire une belle frayeur avec la perte de connexion avec le drone que nous voyons repartir vers son point de départ c'est à dire loin... Heureusement avec un peu de sang froid nous avons pu le ramener jusqu'à nous, mais on se dit que le drone nous en veut décidément.

Nous filons en fin de journée sur Tarifa où nous avons la ferme intention de profiter du vent et de la plage.

Objectif Tarifa

La route qui nous amène à Tarifa est d'ailleurs quasiment gratuite tout le long depuis Alméria, mais en revanche à l'heure où nous la prenons il y a beaucoup de monde et d'embouteillage, nous arrivons à Tarifa quand il est déjà tard et que la nuit est tombé.

Tarifa est une ville fortifiée de 17000 habitants qui se situe dans la province de Cadix à 20 km de Gibraltar. C'est le point le plus méridional de l'Europe continentale. Aujourd'hui Tarifa est célèbre pour son vent et son immense plage où des milliers de planchistes et kitesurfeurs se rassemblent tous les étés. C'est aussi une ville où il fait bon vivre, une ville qui invite au voyage. D'ici, on peut allègrement voir les côtes Marocaine situées à a peine 32 km. On peut déambuler dans les ruelles blanches à la recherche des célèbres tapas que l'on prendra en fin de journée sur une terrasse tranquillement installés à l'écart des voitures puisque la ville est totalement piétonne.

Pour l'heure nous nous précipitons sur le premier camping que nous trouvons sur Park4night qui est indiqué à 18€, mais quand nous nous présentons, la facture est plutôt salée, 58€ pour une nuit, Gloups ! on est en pleine saison et ça se ressent. Qu'à cela ne tienne, nous avons besoin de refaire les pleins puisque nous sommes depuis plusieurs jours en autonomie et que nous n'avons pas d'autres solution à cette heure tardive.

Le camping Tarifa (c'est son nom) est un camping très propre et agréable mais vous devrez vous garer à l'aide d'un chausse-pied. Le Wifi n'est présent qu'à la réception et au bar et nous découvrons le lendemain matin que la plage est assez peu adaptée au kitesurf, pour ne pas dire pas du tout, il y a beaucoup trop de rochers et pleins de pièges. nous comprenons vite que cet endroit n'est pas fait pour nous. Nous décidons par conséquent qu'une fois les pleins refait, nous irons voir ailleurs si on trouve de meilleurs compromis. Au moment de partir, alors que je veux aller vidanger et refaire le plein d'eau, je m'aperçoit qu'il y a des panneaux indiquant que pour le remplissage de l'eau il fallait payer 2€ pour 2 minutes d'eau, ni une ni deux, je m'en vais voir la direction pour savoir quelle est cette arnaque en leur expliquant que je n'avais jamais vu ça et que compte tenu du prix du camping il était hors de question que je paye pour remplir de l'eau. Le gérant n'étant pas là, je n'obtiens rien et décide de faire le plein à l'aide de bidons de 5 L à l'une des multiples fontaines du camping, je me rend vite compte que les autres en font de même.

C'est donc avec un goût un peu amère que nous quittons ce camping qui hormis ces quelques désagréments et son prix prohibitif reste un endroit très agréable.

Nous apprenons que la municipalité a mis en place un parking pour les camping-cars, l'endroit n'est pas vraiment sexy et il n'y a aucun services si ce n'est du gardiennage mais la nuit est à 8 € et on peut se rendre à pied dans la ville, ça tombe bien on avait un peu envie de profiter de la vie Espagnole nocturne et d'ailleurs ce soir là, c'est la demi-finale de la coupe du monde de football, et même si ce n'est pas un sport que nous affectionnons particulièrement, nous sentons bien que c'est ici qu'il faut être, au milieu des gens, sur les terrasses où chaque bar a mis un écran géant et où nous nous retrouvons au milieu de dizaines de supporters Belges toujours de bonne humeur même dans la défaite. Nous prenons place sur la terrasse du bar la Carpenteria avec les enfants où nous nous régalons de tous ces petits plats typiques à grignoter.

C'est vraiment ça que l'on vient chercher à Tarifa, on est enfin entrés de plein pied dans notre voyage...

Le lendemain nous décidons de tenter de trouver un endroit un peu plus dans notre esprit, malheureusement, la célèbre plage de Tangana beach proche de la grande dune où nous allions autrefois n'est plus accessible avec notre grand camping-car et le parking d'à côté qui était un parking sauvage a été fermé, nous nous mettons donc à la recherche du "secret spot", or nous ne savons pas si il existe.

Pour le trouver il faut être un peu curieux et aventureux, Marie me fait les gros yeux quand elle voit où je veux emmener le camping-car, il y a déjà trop de véhicules et pire encore, l'accès se fait par une route défoncée qui ne fait pas envie. C'est donc à pied que je vais repérer l'endroit et quand je reviens avec un grand sourire, Marie comprend que c'est ici que nous allons passer quelques jours.

Situé le long de la plage et relativement peuplé en journée c'est une piste qui se libère en fin de journée et où les véhicules aménagés sont encore tolérés pour peu que l'on installe pas un camps et que l'on ne sorte pas trop de matériel... Ça nous va très bien et c'est aussi le gros avantage du camping-car, sur quelques mètre carrés on est déjà chez soi avec tout le confort.

Les enfants jouent sur la plage et construisent des forts et des maisons avec des galets et des bouts de bois, un vrai petit village, inspirés sans doute par le Fort Bravo du désert de Tabernas. Nous, nous en profitons pour prendre le large en kitesurf. Ici, nous sommes sur un haut lieu de kitesurf, un spot ou se retrouvent des gens de toutes nationalités qui ont en point commun: naviguer et voyager.

Le vent y est parfois un peu caractériel, on l'appelle « poniente » ou « levante » en fonction de son orientation.

Petit rappel :

Le vent optimal pour pratiquer le kitesurf à Tarifa est le Poniente, de force 2 à 5 : c'est un vent d'ouest relativement frais. Le Poniente est le vent dominant à Tarifa, il apporte souvent avec lui plus au large une légère houle. C'est à lui que Tarifa doit ses températures agréables en été. Le Levante, vent d'est Le vent d'est est le Levante. Il met quelques jours à se lever et peut atteindre force 8. Le Levante, très fort vent d'est, est relativement rare à Tarifa et ne dépasse normalement pas force 6-7. Il souffle essentiellement en juin-juillet. Le Levante à Tarifa est un vent chaud en provenance d'Afrique.

Après notre session de kite le soleil couchant est prometteur, un air de guitare et d'accordéon se fait entendre dans le camion voisin. Ni une, ni deux, je prends ma guitare, Marie sa caméra et on tente d'associer notre bonne humeur à ces voisins un peu roots et forts sympathiques.

Ce qu'on ne sait pas encore à ce moment là, c'est que cette rencontre va considérablement modifier notre voyage dans quelques semaines...

Nous devons repasser par la case camping pour refaire les pleins d'eau, et les vidanges, cette fois c'est « bonne pioche », Rio Jara est un camping qui n'est pas très grand, il n'y a pas de piscine, mais il est familiale et situé à quelques encablures de la plage que l'on regagne en traversant une rivière sur un pont. Marie profite du soleil couchant pour aller faire du paddle sur ce lieu insolite où viennent se promener des troupeaux de vaches qui paissent paisiblement.

La matin nous faisons connaissance avec un couple d'Allemands qui voyagent dans un camion super top, le genre d'engin dont on rêve pour le trip que nous allons faire et qui permet d'aller encore plus loin et de sortir vraiment des routes habituelles. Ce charmant couple nous explique d'ailleurs qu'il y a en Allemagne un salon avec uniquement ce type de véhicules, je crois qu'il va falloir aller voir ça, mais c'est un autre budget !

Un peu plus loin on découvre une nouvelle fois un Challenger version Américaine qui abrite des gens qui vivent là à l'année visiblement, et ils n'ont pas tort je crois.

Il est à présent temps de reprendre la direction d'Algésiras où nous allons prendre le bateau pour rejoindre les côtes africaines, via le port de Tanger Med. Si vous vous rendez au Maroc en camping-car, le meilleur plan c'est d'aller voir l'agence Gutierrez Viajes Normandie qui depuis 2004 pratique les tarifs les moins chers. L'agence est située sur la sortie d'autoroute N° 12 derrière le magasin Carrefour et vous pouvez passer la nuit sur le parking sans problème.

L'aventure ne fait que commencer...

Où dormir à Tabernas :

Almeria, Paraje del Unihay, s/n, 04200 Tabernas, Almería, Espagne

Où dormir à Tarifa :

N-340, km. 81, 11380 Tarifa, Cádiz, Espagne

http://www.campingriojara.com/

+34 956 68 05 70

Où manger à Tarifa ?

Bar la Carpinteria

Plaza San Hiscio, 11380 Tarifa, Cádiz, Espagne

https://www.facebook.com/BarLaCarpinteria/

où faire ses courses ?

Mercadona

Calle Batalla del Salado, 11380 Tarifa, Cádiz, Espagne

ATTENTION : Pour se garer c'est un peu la foire mais le magasin vaut le détour, pleins de produits du terroir.

Où acheter des billets pour traverser vers le Maroc

Viajes Normandie

#Tabernas #Espagne #voyageenfamilleenEspagne #roadtripenfamille #Tarifa #Paddleetcampingcar #kitesurf #Blogtripcampingcar #SUP #campingcarchallenger #famille #voyage #tapas

175 vues
  • White Facebook Icon
  • YouTube - Grey Circle
  • White Instagram Icon
  • Blanc Pinterest Icône
A PROPOS

Nous sommes un couple de photographe et Filmmaker basé dans le sud de la France. Nous vous proposons de partager un peu de nos voyages et un peu plus...un peu nos voyages

 

En savoir plus...

 

Destination Camping-car

- FRANCE -

Tél : 06 03 90 82 78 email : destinationcampingcar@gmail.com

© 2020 Alain Reynaud & Marie Houlonne