Destination Camping-car traverse le détroit de Gibraltar
  • Alain Reynaud

Destination Camping-car traverse le détroit de Gibraltar

Mis à jour : 17 avril 2019


En route pour le Maroc

Il est temps pour nous de reprendre la route comme annoncé dans le précédent blog.

Il n'y a pas beaucoup à faire entre Tarifa et Algésiras mais nous trouvons évidemment moyen de nous perdre en suivant les mauvaises indications du GPS qui n'est décidément pas notre ami et qui nous emmène dans des ruelles peu fréquentables pour un véhicule de notre gabarit. Nous finissons néanmoins par retrouver le bon cap et la fameuse sortie d'autoroute N° 12 qui nous a tant fait défaut (le GPS nous indiquant un endroit à coté du carrefour à la sortie 6 mais qui n'avait rien à voir avec notre affaire). Toujours est-il qu'après avoir perdu beaucoup de temps le matin puisque nous n'avons quittés le camping qu'à 14h, ce qui nous a valu les remontrances de la propriétaire et de faire la queue au milieu de tous les arrivants, nous arrivons assez tardivement chez Viajes Normandie et nous risquons de prendre le bateau un peu tard ce qui nous ferait arriver de nuit et ça nous n'y tenons pas.


Juan Carlos Guttierrez, le big boss est là en personne et je ne sais pour quelle raison mais on dirait qu'il me reconnait, ou en tout cas il sait que mes parents viennent ici chaque année lui prendre des billets de bateau. Il est âgée mais le bougre à encore bon pied bon oeil. Je ne sais quelle mouche l'a piqué, mais voilà que tout à coup il se met dans la tête de m'emmener avec lui au port afin de faciliter notre embarquement me semble-t-il comprendre. Et me voilà parti dans sa vieille guimbarde qui doit avoir l'âge de la création de sa boite soit une bonne vingtaine d'années au moins et comme un bon "vieux brigand" le voilà qui fonce vers les ports le pied collé au plancher du début à la fin. Seul un feu rouge aura eu raison de la pédale de frein et encore... Je pense avoir perdu 2 kilo à l'aller et autant au retour, mais il est comme ça Juan Carlos, il aime les Français en camping-car et il ne se gêne pas pour le montrer. Il se mettra toujours en 4 pour vous faciliter la vie et vous ne repartirez jamais de chez lui les mains vides. Bouteille de vin et gâteau pour les enfants, c'est le package maison pour tous les camping-cariste. Bref après avoir arpenter tous les guichets de la gare maritime pour chercher je ne sais qui, nous avons fait choux blanc et repartons bredouille jusqu'à son bureau où il me rend passeports et billets de bateau la mort dans l'âme de ne pas avoir pu me faire avoir les formalités d'usages à l'embarquement.

La journée s'étire et nous optons donc pour le bateau qui doit partir à 8h00 le lendemain matin, il nous conseille d'arriver avant 7h, conseil que nous prendrons à la lettre. Soirée Mc Do avec les enfants, on s'en veut, mais ils sont heureux... Nuit sur le parking où nous avons eu la bonne idée d'aller nous planquer derrière le Mercadonna ce qui nous prive un peu du bruit de la route. Nous serons bientôt rejoint par d'autres camping-cars mais ne rêvons pas nous ne sommes que 3 ou 4 et plutôt éloignés. Le lendemain matin nous prenons la route comme convenu vers 6h30 et nous roulons vers le port sur ces immenses passerelles illuminée qui donnent l'impression d'être dans un film américain. L'arrivée à l'embarquement se fait sans encombre mais nous comprenons rapidement qu'il ne fallait pas arriver plus tard car les véhicules affluent, normal, c'est les vacances. Je ne le dirai jamais assez quand je vois tous ces gens dans les voitures qui attendent avec leurs enfants dans des conditions qui ne sont pas des plus amusantes et qui peuvent s'éterniser (en Croatie le bateau devait partir à 20h, nous avons embarqué à 2h du matin) le camping-car c'est vraiment le véhicule idéal dans ces cas là, car nous avons pu déjeuner tranquillement et même nous doucher... Chaque fois que nous devons traverser une mer le voyage prend une nouvelle dimension, c'est un peu comme partir vers l'inconnu, un mélange d’excitation et de peur un peu, peur de se tromper de file, peur de ne pas être à l'heure, peur d'avoir oublier les papiers.

La traversée en bateau se passe tranquillement si ce n'est les formalités policières qui prennent un temps fou, j'ai passé plus d'une heure debout dans la file d'attente pour faire tamponner les passeports. Pas très efficace leur système !

Débarquement à Tanger Med, alors là on ne sait jamais à quoi s'attendre, la dernière fois il nous a fallu plus de 2h30 avant que l'on puisse passer la douane, on redoute toujours ce moment. Coup de chance nous passons a peu près toutes les étapes sans problème avec à chaque fois les flics qui nous demandent si ça va bien et qui nous félicitent pour la coupe du monde de foot, j'ai beau leurs dire que je n'y suis pour rien ils nous félicitent quand même :-) Dernier Check Point, celui où on peut te vider ton véhicule juste parce que tu as trop souris ou pas assez. Un jeune douanier s'approche et nous demande de sortir les papiers du véhicule. Il semble ne pas tout comprendre et demande à un ancien de venir contrôler. Les anciens, ce sont ceux avec la moustache et les yeux qui ne font pas rire, ceux qui peuvent vous transpercer juste avec des mots parce que tu sais qu'ils ont un pouvoir magique, celui de te laisser passer ou de te refuser l'entrée dans le pays, celui qui va venir te poser LA question qui te fait transpirer... Le gars part dans le bureau avec les papiers, il revient en me les rendant et en me disant sur un ton sec -" Avez-vous quelque chose à déclarer Mr Reynaud ?" " heuuuu à part mes enfants non !" dis-je pour faire le type qui veut bien avoir un copain douanier "avez-vous un drone avec vous Mr Reynaud ?" là je fais le type qui ne comprend pas "?? de la drogue ?" "Non, Mr Reynaud, un drone ?" je le regarde éberlué en me disant que le type là, il y a 2 mn il était dans le bureau, et si jamais il a tapé mon nom sur Google, il sait exactement ce que je fais dans la vie et je vais passer un sale 1/4 d'heure si je ne lui dis pas. " Un drone Mr Reynaud vous savez un truc qui vol avec 4 hélices et qui permet de prendre des photos !!!" Genre "prend-moi pour un con ! " et là je commence juste à perdre un peu mes repères. "Non non, je n'ai pas de drone avec moi !" dis-je sur un ton franc mais je sens que le timbre de ma voix à changé. Il me regarde derrière ses Raybans aux verres bleu dégradé et me fait un signe de la tête " c'est bon vous pouvez y aller Mr Reynaud !" le ton sur lequel il a prononcé ces mots ne laisse aucune ambiguïté, ça veux dire, "je ne te crois pas une seule seconde mais j'ai pas envie de m'emmerder à vider ton camping-car, alors je te laisse passer mais je te jure qu'on va savoir partout où tu te trouves et si jamais il y a un seul drone en l'air qui se fait repérer, tu seras le premier qu'on ira voir..." Inch Hallah ! (règlementation drone au Maroc)

Tout ceci nous a mené à une réflexion, au fond, en France je respecte la réglementation en tant que pilote de drone professionnel, je ne vois pas pourquoi il en serait autrement dans un pays étranger, notre décision était prise, nous n'utiliserons pas de drone au Maroc et si nous avons pris le risque de l'emmener avec nous, il va falloir composer avec mais on ne prendra aucun risque !

Nous voilà enfin libre sur la route qui mène notre camping-car vers Moulay Bousselham.

(Moulay Bousselham (en arabe : مولاي بو سلهام) est une station balnéaire au Maroc, situé dans la région de Rabat-Salé-Kénitra à mi-chemin entre Rabat et Tanger (100 km de chaque ville). La côte atlantique de Moulay Bousselham se divise en deux plages principales: « Hawaï » et « 3e piscine »). (source wikipedia)

Nous avions très envie de revenir dans cette petite ville du littoral qui fait partie des endroits dont nous gardons un bon souvenir. Nous arrivons à nous garer sur le parking où on nous réclame 10 Dh (soit à peu prés 1 € alors que les voitures payent 5 Dh) ça m'agace un peu mais c'est le jeu. Nous faisons un tour dans les ruelles et sur la place du marché où des hommes et des femmes vendent du pain chaud, des crêpes, du poisson frais que les restaurant tout autour vous proposent de faire griller, bref nous sommes dans le vif du sujet et on se régale avec les yeux et les papilles. Nous décidons de ne pas manger côté mer mais plutôt de contourner le marché et de nous rendre sur une petite place où les tarifs seront plus attrayants. Bon choix, le tajine est vraiment délicieux, ainsi que le poulet grillé et les salades. On s'est vraiment régalé pour l'équivalent de 13 € à 4, ça ne vaut pas le coup de faire à manger.


En route pour Oualidia

Nous prenons la décision de partir sur Oualidia (Oualidia, ou Loualidia (forme officielle en français), est une ville du Maroc située dans la province de Sidi Bennour dans la région de Casablanca-Settat, sur la côte atlantique, entre El Jadida et Safi, à 158 km au sud de Casablanca et 212 km de Marrakech. Elle constitue le centre urbain de la commune rurale du même nom) (source Wikipédia) afin d'avancer dans notre périple car nous avons encore beaucoup de route à parcourir et nous rêvions d'aller faire du kitesurf sur la lagune. La route est longue mais nous avions le souvenir d'une route côtière plutôt agréable... Hélas ce n'est pas le bon choix et nous perdons beaucoup de temps sur cette route et lorsque nous décidons de reprendre l'autoroute le choix est encore pire car nous nous sommes trop éloigné et devons prendre des routes en travaux très chaotiques. Nous arrivons en toute fin de journée à Oualidia. On s'installe sur le parking où il y a 2 autres véhicules mais pas des Français, l'un est Écossais et l'autre Allemand. En arrivant sur Oualidia, nous notons une forte émulation, il y a du monde partout dans les rues, des manèges qui datent d'une autre époque, et des immenses tentes d'où semblent sortir des dizaines d'hommes et de femmes, ça ressemble à un grand marché nocturne. Timothé s'est endormi et je décide de partir avec Camille à le recherche de quelque chose à manger et pour tout dire j'ai aussi très envie de satisfaire ma curiosité. Nous remontons à pied dans la ville haute. Camille comme tous les enfants traîne un peu la patte, la montée est certes un peu raide, mais pas très longue non plus. Il y a une certaine quiétude dans cette ville, jamais nous ne sentirons de regards inquisiteurs, c'est d'ailleurs un sentiment qui durera tout au long de notre voyage, à cette période de l'année il y a très peu d'Européens et donc moins de convoitises semblerait-il.

Nous faisons le tour des restaurants faisant face au front de mer, les braseros crépitent à tout va, les familles s'installent, ça sent la Kefta le tajine et les brochettes, nous décidons d'aller jeter un œil à ce fameux marché qui n'est autre que le grand Souk annuel, une véritable fête pour la ville. Dans cet immense Souk improvisé on trouve absolument de tout, de la coque d'Iphone au tapis Berbère en passant par les vêtement les chaussures et bien-sûr les jouets pour les enfants, il faut absolument éviter d'emmener Timothé ici... Nous jetons notre dévolu sur un petit resto local qui fait également boucherie, à moins que ce ne soit l'inverse. ici la viande est hachée sous nos yeux, cuite à la minute et ça sent divinement bon. Nous nous en sortons pour 70Dh à emporter soit environ 7 € avec le pain la salade et pour un bon poids. Nous revenons au camping-car heureux comme des gamins, pressés de montrer aux autres ce trésor gustatif. Timothé est tombé dans les bras de Morphée et Marie n'en est pas loin, mais l'appel du ventre est plus fort que tout, il faut dire que ça sent vraiment très bon, mieux encore, c'est très bon... On se délecte en regrettant de ne pas avoir un bon verre de vin avec ça, mais tant pis, il faudra attendre Essaouira. Après une bonne nuit nous partons visiter la ville et le grand Souk, c'est la caverne d'Ali baba et nous avons bien du mal à refréner notre petit Timothé devant tant de tentations. Nous décidons de retourner au restaurant où la veille nous avons pris les Keftah pour voir comment ils font leur Tajine. Nous avons une nouvelle fois droit à une explosion de saveurs, tout le monde se régale pour seulement 8€ à 4, je crois qu'on ne va pas beaucoup cuisiner pendant ce voyage. Nous passons l'après -midi à prendre nos marques et à nous renseigner sur les moyens d'aller faire du kitesurf sur cette lagune où les plages sont décidément bien étroites. Le lendemain le vent s'est levé et nous décidons d'aller en bateau sur le banc de sable au milieu de la lagune, la plage y est immense et il y a bien moins de monde. Embarquement dans une petit barque locale avec tout le matos pour 100 Dh Aller/Retour, il suffit de passer un coup de fil et Mohamed notre sympathique "chauffeur" reviendra nous chercher.


Ce qu'il y a de génial au Maroc c'est qu'il y a toujours quelqu'un qui fait à manger quelque part. Ici il y a des tentes et les gars viennent te servir du poisson frais grillé tout au long de la journée avec la traditionnelle "Salade Marocaine", un vrai délice dont il ne faut pas se priver. Kitesurf sur la lagune : La lagune de Oualidia est un spot sans cesse en mouvement, le banc de sable du milieu peut très bien être à découvert à marrée basse et entièrement recouvert à marée haute, un régale pour les écoles de surf qui peuvent enseigner en toute sécurité. Lorsque nous étions venus il y a 6 ans nous n'avions pu naviguer que quarante cinq minutes sur un bras de mer qui prolonge la lagune, à l'endroit où les ostréiculteurs mettent leurs casiers, hélas le vent faiblissant nous n'avions pas réussis à remonter jusqu'à la lagune. Cette fois nous y sommes, et première surprise, l'eau y est très froide et le courant très fort, ça s'annonce sportif. Je pars naviguer le premier et effectivement c'est assez sport, on a vite fait de descendre trop bas et la moindre erreur peut être fatale car en face il n'y a que des falaises et le courant pousse dans le mauvais sens, bref la prudence est de mise et comme la marée est montante, je décide de tirer vers le banc de sable. Là aussi les conditions sont un peu compliquées, il y a des vagues mais vraiment très peu d'eau pour le moment mais ça commence à me plaire, je rentre manger et expliquer la situation à Marie qui décide de rester avec les enfants et de naviguer une autre fois. Finalement c'est le matériel qui aura raison de cette session car un aileron se détache de la planche et finit dans les profondeurs, compte tenu du courant ça devient vite embêtant et je dois me résigner à rentrer. En discutant avec les "grilleurs de poissons" j'apprends qu'ils font du surf et ils me trouvent un petit tournevis tout cassé avec lequel je peux inverser un aileron, ce qui me permet de repartir taquiner un peu les vagues. Bref un bonne journée sportive qui finit dans une petite bassine où je kite avec 10 à 30 cm de flotte et un vent plus que limite, mais ça me permet de me remettre en jambe et de retravailler un peu les bases :-)

Une fois rentré nous faisons connaissance avec les Ecossais du camion d'à côté qui sont en fait des Néo-zélandais et à qui nous proposons de griller ensemble quelques merguez et autres légumes que nous avons dans le frigo. La soirée se passe divinement bien et nous apprenons qu'ils sont fabriquant de lunettes de soleil en Nouvelle-Zélande avec la particularité de faire des lunettes en bois dans des barriques de Tokay recyclées. Des barriques de vins qui finissent en lunettes, voilà qui pique une nouvelle fois notre curiosité. Le lendemain matin, on leur demande à voir leurs créations et il s'avère qu'il en ont avec eux quelques dizaines, je crois que nous les avons toutes essayées et franchement on craque facilement pour ces "Duskies" au look un peu rétro et franchement très stylé ! Direction la plage et les grillades de poissons, le prix des langoustes est un peu trop élevé à notre goût, nous les laisserons de côté, et nous avons bien fait, 50 m plus loin on nous proposera les langouste à la moitié du prix annoncé... Le Maroc c'est l'art de la négociation et on est pas toujours bon !

Timothé ne rêve que d'une chose quand à lui, faire de la voiture électrique. Il y en a un peu partout de ces petites voitures radio-commandées et il s'éclate comme un fou au point de ne plus vouloir aller manger ni dormir. Je crois qu'on a laissé un budget considérable dans ces trucs, mais Timothé se sent tellement grand au volant de son petit bolide, il est craquant !

Camper à Oualidia

Comme tout bon camping-cariste en arrivant à Oualidia on fait comme tous les autres, on descend sur la partie basse de la ville proche de la lagune, ils y a là une immense place qui a été entièrement refaite il y a quelques années et qui était un grand parking où venaient des centaines de camping-cars. La ville a décidé de se réapproprier les lieux mais a tout de même aménagée un parking où peuvent stationner les camping-cars, en moins grand nombre certes mais il y a de la place, en revanche il n'y a aucun service si ce n'est celui incessant des types en mobylette qui viennent te proposer du poisson frais, des langoustes, des huîtres et autres fruits de mer. Attention aux prix, c'est un peu à la tête du client et il ne faut jamais penser qu'on a fait une affaire. L’endroit est gardé par un gardien qui change tous les 2 ou 3 jours et là encore les prix peuvent varier, en gros comptez entre 30 à 50 Dh / jours suivant si vous restez la nuit ou pas.

Au moment de quitter Oualidia, nous apprenons qu'il y a un nouveau camping qui s'est installé sur les hauteurs, le Laguna Park, toujours poussé par notre curiosité nous décidons d'aller le visiter. L'endroit est propre, neuf et franchement ça donne envie de rester. Il y a une piscine, une salle de jeu pour les enfants, des sanitaires qui nous semblent impeccables, tout du moins à cette période plutôt creuse. On pourra juste lui reprocher des emplacements un peu étroits et courts. Nous ne resterons pas car nous sommes attendus à Essaouira pour le début des vendanges qui ne devrait pas tarder mais j'avoue l'endroit est assez tentant...

Nous vous raconterons dans le prochain épisode notre séjour à Essaouira, la perle du Maroc.

Que faire à Moulay Bousselham ?

On peut surfer , faire du body board et même du kitesurf pour les plus aventureux, mais les conditions sont souvent difficiles à ce que l'on nous a dit.

Pour les camping-cars il y a 2 campings, l'Atlantis situé prés de la lagune et le Flamant rose situé un peu plus en hauteur dans la forêt d'eucalyptus. La qualité y est assez disparate et les jeux pour les enfants peu adaptés à leur âge. Il y a une piscine mais attention si vous arrivé en fin de saison touristique (Avril/Mai) elle risque fort d'être fermée.

Où manger ? il y a de nombreux restaurants qui vous feront griller la viande sur place ou que vous achèterez au marché directement. Comme partout les prix sont plus forts dans les restaurants du front de mer ou en première ligne sur la route du parking. N'hésitez pas à vous enfiler dans les ruelles et aller chercher derrière le petit restaurant qui vous fera des prix locaux et où vous mangerez souvent mieux.

La lagune :

La lagune est une réserve naturelle où viennent nicher les oiseaux migrateurs. Si nous n'avons jamais fait la visite personnellement nous en avons entendu beaucoup de bien, elle se fait en bateau et ça peut être une chouette balade avec les enfants. Une fois encore attention aux prix qui font le yo-yo !

NB : Si nous ne sommes pas allés faire la balade c'est parce que nous y étions en haute saison touristique pour les Marocains et que le niveau de déchets et de pollution est juste inacceptable pour une zone dite protégée. Vous me direz qu'il en est de même partout au Maroc, mais là ça dépassait l'entendement, nous avons donc décidé de poursuivre notre route.

Que faire à Oualidia ?

Oualidia est une ville sur 2 niveaux, les quartier hauts sont occupés par la ville, le Souk et toutes les parties administratives, la partie basse est une zone touristique occupée majoritairement par des hôtels, des résidences touristiques, des restaurants, des pêcheurs et des plages.

La ville est très animée les soirs d'été et c'est dans la partie haute que l'on se restaure le mieux. Vous y trouverez une multitude de restaurants peu chers qui vous proposerons brochettes, kefta et tajines à des prix dérisoires.

Dans la journée c'est sur la plage qu'il faut aller manger poissons, langoustes et araignées de mer grillées avant d'aller piquer une tête dans l'océan.

Les spots de surf y sont nombreux aussi bien sur la lagune que sur la côte.

Les huîtres : Oualidia est un pôle ostreïcole depuis fort longtemps et tout le pays s'arrache les huîtres d'ici. Malheureusement elles sont vendues à des tarifs souvent prohibitifs et à la période où nous y étions c'était le cas, nous avons donc décliné les propositions.

Où dormir en camping-car ?

Le parking situé proche de la lagune est le spot le plus connu, mais pour ceux qui souhaitent un peu plus de solitude, il fut un temps où nous descendions au Parc à huître N°3 en dessous de l'hôtel Sultana.

Pour ceux qui n'ont pas forcément envie d'être sur la lagune il y a le camping Laguna Park situé à la sortie sud de Oualidia sur la partie haute de la ville. Vous pourrez y refaire les pleins d'eaux et d’électricité et piquer une tête dans la piscine.

Attention les places sont étroites et les voies de circulation aussi.

Notez que cet endroit est en pleine croissance et qu'il va évoluer, de nouvelles places plus grandes devraient être disponibles en 2019

Tarif : Comptez 100 Dh/jours



#Algésiras #Gibraltar #Maroc #Oualidia #Lagune #Lagunapark #campingcar #voyageauMaric #Marocencampingcar #MoulayBousselham #Duskiesecoeyewear #blogsenfrancais #bloggerpro #bloggersfrancophone

269 vues
  • White Facebook Icon
  • YouTube - Grey Circle
  • White Instagram Icon
  • Blanc Pinterest Icône
A PROPOS

Nous sommes un couple de photographe et Filmmaker basé dans le sud de la France. Nous vous proposons de partager un peu de nos voyages et un peu plus...un peu nos voyages

 

En savoir plus...

 

Destination Camping-car

- FRANCE -

Tél : 06 03 90 82 78 email : destinationcampingcar@gmail.com

© 2020 Alain Reynaud & Marie Houlonne